Prochains matches
27 mai 2017

Montreux HC - Genève RHC
21h.00, Zuchwil
Derniers résultats
20 mai 2017

RHC Diessbach - Genève RHC
3 - 4 (2 - 1) tb
13 mai 2017

Genève RHC - RHC Diessbach
6 -1 (3 - 0)
6 mai 2017

RHC Diessbach - Genève RHC
2 - 0 (1 - 0)
Calendrier / Résultats Classement Photos

LNA

Magnifique Interview de Sylvain Rossel

Sylvain
Commençons par le commencement, à quel âge as-tu commencé la pratique du rink-hockey et pourquoi ce sport ?

J’ai commencé le rink à 11 ans sauf erreur. D’abord les mercredis sportifs puis je suis entré au club six mois après. Au départ je voulais faire du hockey sur glace, c’était mon rêve depuis que j’étais petit mais disons que ma mère n’était pas trop rassurée. Donc j’ai dû attendre. Vers mes 11 ans je reviens à la charge mais cette fois-ci on me dit que c’est compliqué de commencer le hockey si tardivement à cause des lacunes que j’aurai en patinage. Je cherche donc une alternative et deux de mes amis avaient commencé le rink. Je m’y inscris une année après eux et depuis je suis plus parti.

En 2006 et 2007, la meilleur équipe de suisse de tous les temps est composée de nombreux joueurs genevois. Tu as alors 14-15 ans, on imagine que c’est une sacrée motivation ?

Oui je m’en souviens très bien. J’étais allé les voir jouer plusieurs fois à Montreux. A l’époque il n’y avait pas autant de vidéos comme on peut trouver maintenant sur Youtube. C’était donc la première fois que je voyais du rink de haut niveau et c’était assez impressionnant. C’est clair que ça donne envie de jouer à ce niveau et d’imiter les joueurs. Tu vois aussi ce qui est important de travailler pour espérer réussir ensuite.

Niveau national, Championnat d’Europe U17 en 2008 et U20 en 2010, Championnat du monde U20 en 2011. C’est une fierté de porter le chandail à la Croix-blanche ?

Oui complètement ! C’est vraiment une expérience unique. Pendant une semaine tu ne vis que pour le rink et que pour défendre les couleurs de ton pays. Tu es dans une bulle avec les équipements de la Nati sur les épaules, tout le temps. C’est une fierté et en même temps il y a une espèce de responsabilité qui en découle. Tu veux gagner pour ton pays, ce n’est pas juste pour toi ou tes coéquipiers. C’est la première fois que je ressentais ce genre de sentiments.

En 2009 tu intègres l’équipe phare du club. Dans cette équipe tu retrouves certaines stars de 2006 et 2007. En entrant dans le vestiaire, on baisse la tête et on dit “Bonjour Monsieur” ou on se dit “Faites pas les malins j’arrive” ?

On baisse la tête et on dit bonjour Monsieur, surtout que c’était pas les derniers à chambrer ! Donc ils m’auraient très rapidement remis à ma place ! Là aussi il y a une fierté qui découle en poussant la première fois la porte de ce vestiaire. J’allais jouer avec des joueurs que j’avais admiré lors des championnats 2006-2007. C’était des exemples pour moi et à leur contact j’ai énormément appris. Juste en observant comment ils abordaient les matchs, l’esprit de compétition qu’ils avaient, l’envie de gagner qui les habitaient etc.

Premier titre de champion suisse en poche, voilà qu’arrive la saison 2010-2011. Une saison ou tu joues en LNA, LNC, Juniors A … t’as rencontré ton premier amour ou t’utilises des produits dopants pour tenir le coup ?

Ahaha, oui c’était une saison très éprouvante, surtout que dans le même temps, je passais ma maturité au collège. Que ce soit au rink ou à l’école c’était tout le temps la compétition ! Après, je précise quand même qu’en LNC j’ai pas fait énormément de matchs. Je crois que j’ai toujours eu besoin de me sentir débordé pour me bouger et me donner un bon coup de pied au c… Après, c’est sûr que j’étais content de voir arriver l’été et le repos qui en découle.

Fin de saison 2010-2011 avec 3 titres de champion en poche (les 3 catégories citées plus haut), éprouves-tu un besoin de souffler ou de la lassitude, pour que tu décides de lâcher ce sport ?

Il y avait un peu un ras le bol général. La compétition et surtout les trajets m’avaient usés. Je ressentais plus le même plaisir qu’au début. Au début de la saison 2011-2012, je me blesse assez sérieusement à l’adducteur. Je dois me soigner durant presque quatre mois et je me suis habitué à cette vie sans le rink. J’ai pu découvrir pleins de choses que je n’avais pas le temps de faire avant et j’y ai pris goût. La compétition me manquait (j’ai fais des rêves sur le rink durant une année à partir du moment où j’ai arrêté) mais je n’étais plus prêt à faire tous ces sacrifices. Ca m’a permis de grandir, faire pleins d’expériences que je ne regrette pas. Ca n’aurait peut-être pas été incompatible avec le rink mais certainement beaucoup plus dur.

Reprise en douceur en 2015 et 2016 avec les Jets, puis c’est le retour en LNA en ce début de saison. Tu retrouves régulièrement le chemin des filets et c’est la blessure. Qu’est-ce qu’on se dit dans ces moments là ?

Ce fut assez dur. Surtout après un début de saison vraiment pas terrible sur le plan personnel, très loin de mes objectifs personnels. Alors pour une fois que je me sentais bien, dans une bonne dynamique, voilà que je dois m’arrêter. J’ai essayé de forcer un peu mais Jérôme m’a raisonné en me disant que le plus important ce sont les play-offs et que ce n’était donc pas grave si je devais m’arrêter quelques semaines en cours de saison. Il préférait qu’on soigne nos petits bobos maintenant pour que nous soyons tous en forme pour les play-offs. Et vu notre résultat contre Weil, il avait parfaitement raison !

Demi-finale contre une équipe qui a dominé le tour qualificatif et qui est le favori à sa propre succession. Cela vaut-il la peine de jouer ?

Oui bien sûr ! On joue toujours pour gagner et on a montré en sortant Weil qu’il faudra compter sur nous ! On n’a jamais été loin de Diessbach cette saison, d’autant plus qu’on ne les a jamais joué avec l’équipe au complète. Il faut aussi penser que Diessbach a joué la ligue des champions cette saison donc ils risquent d’être fatigué. Personnellement, j’y crois plus que jamais et c’est l’avantage des play-offs. Tu peux dominer la saison régulière mais finalement, c’est dans le « money time » qu’il faut répondre présent. C’est là qu’on voit les vrais champions. Il nous reste trois matchs à gagner et la saison est finie. Trois matchs !

Nouvelle expérience cette année pour toi, car tu entraînes un équipe junior, les U13.
Que retiens-tu de cette expérience ?

C’est une expérience très intéressante. Entrainer c’est toujours quelque chose que je gardais en tête mais l’occasion ne s’est jamais présentée jusqu’à cette saison. Alors je patientais en révisant mes gammes sur Football Manager. J’y éprouve beaucoup de plaisir même si ça prend beaucoup d’énergie. J’essaie de sans cesse me remettre en question, de toujours trouver un nouveau moyen de faire progresser les jeunes.

Il paraît que t’es fan de NHL et plus particulièrement des Canadiens de Montréal … tu vas faire quoi de tes nuits dorénavant ?

Ahaha. Alors en réalité je suis fan des New jersey Devils, du coup, ça fait depuis un petit moment que je profite de mes nuits. Et d’ailleurs, avec les examens qui arrivent, c’est peut-être une bonne chose ! Je me souviens d’une année où j’avais acheté l’application pour pouvoir regarder tous les matchs en direct. Je m’étais complètement décalé au niveau de mes heures de sommeil ! Du coup, j’ai appris à être plus prudent et je me contente des résumés le lendemain matin.
Bon après c’est clair que les Canadiens c’est aussi une équipe que j’apprécie beaucoup. Comment pourrait-il en être autrement avec des cousins qui habitent là-bas. En allant dans cette ville tu ne peux qu’apprécier cette équipe. Les Montréalais ne vivent que pour leur équipe et toute la ville s’arrête les jours de matchs. Je me souviens d’un éditorial dans La Presse lors de la crise des migrants en Europe. Le Canada accueillait ses premiers immigrés syriens et un journaliste s’exprimait sur ce sujet. Il s’adressait directement aux nouveaux venus en leur donnant des conseils pour s’intégrer rapidement au Canada. Tout tournait autours du hockey ! C’est là que je me suis rendu compte ce qu’est une ville de hockey.

 [1]
Pour la partie récréative on part sur un plutôt ...

Plutôt bière/vin ou jus/minérales ?

Bière et vin, sans hésitation. Avec un bon repas de préférence

Plutôt Légumes/poulet ou pain/saucisson ?

Pain, saucisson, au bord de la piscine en Provence avec les cigales dans les oreilles, il n’y a rien de mieux !

Plutôt Playstation ou bouquins ?

Playstation. Les livres c’est seulement quand je ne peux pas y échapper, ce qui arrive souvent à l’uni

Plutôt Macho ou Romantique ?

Demande à ma copine On y manquera pas

Plutôt du matin ou du soir ?

14h c’est toujours le matin pour toi ? Y a pas d’heure pour ça ...

Plutôt défense ou attaque ?

Défense. Scott Niedermayer c’est nettement mieux que Crosby ou Ovetchkine

Plutôt blonde ou brune ou rousse ?

Ma copine est blonde, donc blonde. Sinon je me fais taper sur les doigts en rentrant. On parlait mousse mais elle sera contente de l’entendre ...

“Plus tôt” je me couche mieux je me porte ... ou Bird de la night ?
Disons que peu importe l’heure à laquelle je me couche, le lendemain matin je me porte pas très bien généralement. Mais Bird de la night c’est pas trop mon style non plus ! Alors je vais utiliser ici mon joker !

Et pour finir … Devinette : toi qui est grand … si on te dit grand pied, grand… ? Tu réponds quoi après grand pied … grand… ?

Patins ? ;)